Les jeudis de Baroja

Jeudi 21 mai 2015 à 20h30

aux Écuries de Baroja, Anglet

Entrée libre (réservation obligatoire)

au : 05 59 58 35 60

 

MUNTJACS

-       Matthieu LEBRUN   saxophones

-       Jordi Cassagne    contrebasse

-       Léo Rathier   guitare électrique

-       Meryl Marchetti texte

Un soir à Itxassou, en bout de nuit, un soir d’Errobiko festibala… sonne une musique aux accents de fête, mais pas que…ce sont les Muntjaks… un nom sonnant le vieil occitan ou les musiques sauvages de Java, mais pas que… La clarté des compositions d’Anthony BRAXTON habite aussi cette musique, reflet de leur passion pour la composition contemporaine.

Cage doit rire doucement de joie en voyant cette jeunesse pétillante et sérieuse, sérieusement joyeuse, passionnée, libertaire, jouer ces musiques géométriques aux audaces d’éperviers, avec lueurs électriques des villes, dans les nuits baroques des faux bourgs… une étoile dansante au bout d’un télescope, c’est le printemps !

Du son par ici 

 

Trois jeunes et aventureux musiciens qui (s’)explorent, (s’)improvisent, se jouent les uns des autres.
Ils fabriquent dans l’instant, avec ce qui arrive,  sans rien s’interdire.
Délaissant volontiers la pierre polie, leur musique s’enracine dans la matière brute, incandescente.
Une musique qui fleure bon le libertarisme.
Ils inviteront ce soir Méryl Marchetti, improvisation poétique orale, pour créer une composition de Matthieu Lebrun.

Muntjacsentrio

Matthieu Lebrun

Originaire du sud-ouest de la France, Matthieu Lebrun joue essentiellement de la clarinette, des saxophones baryton, alto et sopranino. Au cours de ses études (Bac L Option musique, licence en Musicologie à l’Université de Bordeaux III, Baccalauréat en Composition au Conservatoire de Bruxelles), il s’est forgé une large culture. Très curieux, il ne s’est jamais cantonné à l’étude d’un dogme suprême. C’est d’ailleurs tout naturellement qu’il s’est tourné vers l’improvisation. Ainsi, il franchit les barrières stylistiques à la rencontre de l’inconnu.

Les rencontres avec le jazzman Bernard Lubat et le chanteur basque Beñat Achiary ont été décisives dans sa jeune carrière. Au contact de ces aînés, Matthieu s’est construit autant humainement que musicalement.

Il se produit dans diverses formations allant du solo à l’octet et participe régulièrement à des performances transartistiques avec des poètes, plasticiens, danseurs… Matthieu a également eu la chance de partager la scène avec des musiciens confirmés comme Louis Sclavis, Michel Portal, Denis Badault, Bart Maris, François Corneloup, Didier Lasserre, Mathias Pontévia…

Il continue actuellement ses études en Master Composition au Conservatoire Royal de Bruxelles mais garde néanmoins des liens avec le sud-ouest : il participe à la Pastorale « Gerezien Denbora » de Beñat Achiary sur un texte d’Itxaro Borda.

Son site 

Matthieu lebrun © Luc Médrinal

 

Jordi Cassagne 

Immergé dans les musiques anciennes et la pratique du violone ou bien se laissant entraîner par l’alchimie du jazz et des musiques improvisées, le parcours de Jordi Cassagne est une déambulation au gré des rencontres artistiques du moment.

En 2014 il termine ses études au Conservatoire Royal de La Haye avec l’obtention d’un Master en contrebasse jazz, aucours duquel il amorce un travail expérimental autours de la question du temps-musical, du temps contruit de la composition au temps perçu, vécu au travers de l’écoute.

Durant ces derniéres années, il s’est produit aussi bien en France (“Jazz in Marciac”, “Jazz à Vienne” , « Uzeste’s Hestajada de las Arts »…) qu’en Hollande (« North Sea Jazz Festival », « Nederlands Dans Theater »), en Italie , en Espagne ou encore au Cap-Vert ou au Brésil (“Tudo é Jazz” à Ouro Preto). À La Haye il est à l’initiative de deux ensembles donts les improvisations gravitent autours de compositions personelles : Kireji et l’Espluméor Chamber Ensemble.

Parmis ses diverses collaborations artistiques ont peut également citer 66Whales, Alban Claret Trio, Lafé Bémé, Rouge Nereid, MST octet & Benat Achiary, Bengalifère, Denis Badault, Omega Impact, Geoffrey Fiorese, Muntjacs…

Son site 

 

jordi cassagne

 

 Léo Rathier 

Urbaniste champêtre de l’improvisation, Léo Rathier tire sur la corde métallique. Il explore les timbres du bout des doigts, dessine des pleins et des vides, des volumes sur les paysages sonores qu’il sillonne avec sa guitare électrique.

Inventer des chemins en dehors, sortir des cases qui nous rassurent, on y reviendra plus tard. En attendant, à l’aventure !

léo rathier 2

 

Meryl Marchetti

Cofondateur du mouvement transartistique activiste et occitaniste La Travarde, Méryl Marchetti a principalement travaillé à « retourner comme un gant » les genres littéraires. « Plus tu tiens ton lecteur pour intelligent, plus tu peux aller loin dans ton écriture. »

Il a ainsi introduit des dispositifs d’ateliers d’écriture à l’intérieur du roman ou de la nouvelle, pour transformer l’acte lecture en acte d’écriture. Il s’est opposé à la tradition européenne du recueil en poésie, pour développer d’autres modes d’organisation des textes, fonctionnellement plus émancipateurs : les jeux-de-cuves.

Par ailleurs un long travail de confrontation avec les artistes des musiques improvisées (Claude Parle, Matthieu Lebrun, Jacques Thollot, Uzeste Musical etc…) lui a permis de développer une pratique de l’improvisation poétique orale, où la buccalité du sens et la mise-en-corps du brouillon font entendre le texte comme processus.

Méryl CopyR

 

Jeudi 9 avril 2015 à 20h30

aux Écuries de Baroja, Anglet

Entrée libre (réservation obligatoire)

au : 05 59 58 35 60

 

  Le Memento trio 

« Une voix, une vielle à roue, un violon… cordes vocales, cordes frottées… cordes sensibles accordées dans un corps-à-corps sonore, ascétique et jubilatoire. Le continuum imprimé par la vielle à roue aux lointaines origines médiévales, mais étrangement moderne et universelle dans les mains de Dominique Regef, tisse la trame d’un voyage initiatique dans le croisement fécond des mémoires…

Chroniqueuse au langage imaginaire, Caroline ENGREMY propulse sa voix transformiste vers des univers tantôt intimes, tantôt sauvages, traversés par l’énergie dense et minimaliste du violon de Mathieu  Werchowski. De la méditation à la transe, Memento trio invente des formes vivifiantes et inédites dans la musique acoustique contemporaine. »

trio memento photo 2

 

-       Mathieu WERCHOWSKI   violon alto

Mathieu Werchowskiartiste né en 1973, mène de front deux carrières musicales : l’une en tant que violoniste, l’autre en tant que créateur sonore.

Armé de son violon ou de son alto, il s’aventure sur des terrains souvent inexplorés par ces instruments et les fait sonner d’une façon peu coutumière. Ses affinités pour la création et la liberté l’ont de fait orienté vers le monde de l’improvisation. Il a joué en solo et dans différentes formations sur les cinq continents et a à son actif une discographie riche de huit albums, parus en France, Portugal, Royaume Uni et Nouvelle Zélande.

 Ses collaborateurs les plus réguliers ont été ou sont : Jérome Noetinger, Lionel Marchetti, Anne-Julie Rollet, John Russel, Ute Voelker, Caroline Engremy, Dominique Regef, Heddy Boubaker, Fabien Duscombs, Frédéric Cavallin et David Chiesa.

Son site

Werchowski guignols-band.blogspot.com

 

 

-       Caroline ENGREMY  voix

De formation lyrique initiale, ex-membre du Choeur du Théâtre du Capitole.

Pratique et enseigne l’improvisation vocale depuis plusieurs années.

Anime stages et ateliers sur la voix et la création vocale, donne également des cours particuliers de chant.

Formatrice en développement personnel en entreprise.

Forme aussi des acteurs (Formation « vers un acteur pluriel », Théâtre de l’Acte à Toulouse)

Caroline se produit dans des festivals de musiques improvisées et lors d’événements consacrés à l’improvisation libre mêlant action théâtrale, musique et danse.

 

caroline

-       Dominique REGEF   vielle à roue

Après un apprentissage de la vielle dans les musiques traditionnelles et médiévales, et des collaborations avec STEVE WARING, MALICORNE et d’autres formations de la scène folk, DOMINIQUE REGEF incline vers les musiques expérimentales et improvisées, dans lesquelles cet instrument se révèle paradoxalement dans son élément. 


Il joue avec des solistes tels que : MICHEL DONEDA, LE QUAN NINH, BENAT ACHIARY, RAVI PRASAD, JEAN-MARC MONTERA, CARLOS ZINGARO, JOELLE LEANDRE, EVAN PARKER, dans l’ensemble SYSTEME FRICHE de JACQUES DI DONATO et XAVIER CHARLES, l’ensemble GAVACH’S de MICHEL MARRE, et ne dédaigne pas de s’aventurer sur la scène rock avec ERIC LAREINE et STEPHAN EICHER. 
Son solo reste la pierre angulaire de son travail.

 

dominique regef

 

Le trio Memento, avec Mathieu Werchowski, Caroline Engremy & Dominique Regef enregistré à Radio-France 

Vidéo

 

 

 

Le jeudi 12 mars 2015 à 20h30

aux Écuries de Baroja, Anglet

Entrée libre (réservation obligatoire)

au : 05 59 58 35 60

Duo : Thomas Lachaize Saxophone, et Didier Lasserre Batterie

Thomas Lachaize, saxophoniste et compositeur de formation classique, aborde les répertoires contemporains, classiques, free jazz, musique de chambre ou funk, avec le même enthousiasme. Doté d’une redoutable précision technique et sonore, il a été remarqué par de nombreux compositeurs dont il a été l’interprète : Peter Eötvös, François Rossé, Christian Lauba…

Écouter Thomas

201206140083

Didier Lasserre (batterie et percussion) est un improvisateur. Il mène divers orchestres du free jazz aux musiques contemporaines les plus radicales sur la scène internationale. Adepte d’un minimalisme matériel, il est un poète du son, faisant surgir des symphonies d’un simple tambour et d’une cymbale.

Un souvenir inoubliable : les deux amis improvisant devant le tableau immense peint par Zumeta pour Gernika… La danse des sons avait atteint là des fulgurances inouies : précision des phrasés, couleurs, espaces habités… une improvisation magnifique qui s’invente à chacun de leurs pas. Tels sont les caractères de la musique que ces deux musiciens nous donnent en partage.

Écouter Didier Lasserre

article de Franpi Barriaux après un concert au festival Jazz à part à Rouen

Didier Lasserre ph Franpi Barriaux ph au festival Jazz à part Rouen

 

 

Le jeudi 12 février 2015 à 20h30

aux Écuries de Baroja, Anglet

Entrée libre (réservation obligatoire)

au : 05 59 58 35 60

Le POÈME SALE

de Ferreira Gullar

Lecture – concert

Duo Mylène Charrier (voix, textes)

et Jean-Christian Irigoyen (accordéon).

 

mylene ok

Mylène Charrier

« Ferreira Gullar écrit en 1975 le Poème sale à Buenos Aires alors qu’il est contraint à l’exil par la dictature militaire au Brésil.

Le Poème sale se souvient, et se ressouvient de la vie vécue, descend dans les labyrinthes du temps et prend le chemin de la « revanche des rêves » (Angélique Ionatos) sur toutes les terreurs, les crises… et l’écrasement des voix humaines. »

Mylène Charrier a la passion des textes gorgés de vie et de poésie, d’une vie invincible qui exalte les rebelles de l’amour, les irréductibles de l’espoir. Sa voix vibre directement du cœur qui la transfigure. Elle s’adresse à l’intime en nous, sans barrière.

Jean-Christian Irigoyen tisse une musique qui dialogue avec cette intimité bouleversante. Il ne faut pas oublier que Jean-Christian, accordéoniste bien connu à Garazi, est un improvisateur subtil et chaleureux.

Les deux se livrent au bout du souffle et du cœur en se dépossédant tellement qu’ils rendent le texte encore plus vivant.

jcirrigoyenC

Jean Christian Irigoyen

Le 15 janvier 2015 à 20h30
aux Écuries de Baroja, Anglet


Entrée libre (réservation obligatoire)

au : 05 59 58 35 60

unnamed

SYLVAIN ROUX

site internet

gaizka-sarasola
GAIZKA SARASOLA

Site internet

 

Dans le cadre des Jeudis de Beñat Achiary et de l’association Ezkandrai, le mois de Janvier va s’éveiller au son des flûtes et des souffles mêlés, dans la rencontre entre Sylvain Roux et Gaizka Sarasola.

Ces deux musiciens sont bien ancrés dans leur pays : pour le premier, la Dordogne, une Occitanie boisée, charnue, des sons-souffles provenant du plus profond de l’histoire humaine ; pour le second, Pays basque, Navarre, Lesaka aux rituels puissants. Les deux ont quelque chose d’autre en commun : leur esprit d’aventure, leur passion pour les flûtes qui les a fait voyager jusqu’aux flûtes d’Asie.

Leur rencontre, entre foisonnement, « ardences » et minimalisme puissant promet de beaux voyages musicaux.

********************************************************************************************

Saison 2014

Chants Libres …….

Le premier trimestre des concerts des Ecuries de Baroja

est consacré aux voix et aux chants libres

 3 concerts les 9 octobre 2014

13 novembre 2014

11 décembre 2014

 

Le jeudi 9 octobre À 20H30 aux écuries Baroja, Anglet

 

Laure Mollier et Salvador Paterna

Les roses de Saadi

Chants de poèmes de femmes

(Chant, Musique, Théâtre)

Inspiré du livre de Régine Deforges ‘‘Poèmes de Femmes’’, Les roses de Saadi est le fruit heureux de la rencontre entre la chanteuse Laure Mollier et le guitariste et luthiste flamenco Salvador Paterna.

Un mariage original, sans aucun doute passionné, qui mêle tendresse, émerveillement, désespoir, humour et sensualité…

Dans le sillage de Régine Deforges, Les roses de Saadi répond à un appel intime de chanter et d’exprimer ces poètes femmes trop souvent ignorées du devant de la scène. Un héritage culturel riche,  louant  la beauté de l’Amour et  chantant les clairs/obscurs de la Vie…

Un choix sensible de poèmes mis en chanson, dont l’élan profond prétend libérer et délier la parole poétique de ce « ghetto de la féminitude » que dénonce Régine Deforges.

Les Roses de Saadi, spectacle éclectique qui donne à voir et  à entendre, et plus rare, à sillonner nos propres esprits.

Le jeudi 13 novembre à 20h30 aux écuries de Baroja, Anglet

 

EPSON scanner imageAchiary.Benat.Errobiko.12.1588_byDucasse

© Mathieu Thomassin                                                                     © Christian Ducasse

 

Frédéric Jouanlong et Beñat Achiary se rencontreront dans un récital où la poésie, les chants, l improvisation seront les aliments de leur feu… Feu des nomades, feu des braises incandescentes des mots et des langues…. Méditations souvenirs, danses de sons où les temps se mélangent .

Site de Frédéric Jouanlong

Présentation de Beñat Achiary

 

 

 Le jeudi 11 décembre à 20h30 aux Écuries de Baroja, Anglet

Troisième concert,   Chants de la Soule :

Les voix de Mathieu Mendizabal et de Julen Achiary bruissent des voix des ancêtres et ouvrent des voies neuves tout à la fois… Des naissances, de sources dans un chemin  qui s invente un chant de toutes les routes aussi…

 

Ils rencontrent Maddi Oihenart dans les jardins, les cols, les grottes symboliques de leur mémoire en marche, dans les vents puissants qui balaient et caressent la montagne… Un chant de femme irradiant de sensibilité et de poésie…

 

© Cristian martinez

Maddi Oihenart

Chanteuse a capella ou entourée de musiciens, Maddi Oihenart interprète le répertoire traditionnel de la Soule dont elle est originaire, mais aussi les créations actuelles de nombreux auteurs qui l’environnent. Elle a notamment croisé le chemin de nombreux artistes d’horizons divers : Mixel Etxekopar, Mixel Arotze, Kent Carter, Josexo Gofia, Sylvain Luc, Kepa Junkera, Lokua Kanza…

Elle porte dans son chant toute l’authenticité de la terre basque dont elle est aujourd’hui l’une des plus belles voix.

 

 

Le jeudi 15 mai à 20h30

aux Écuries de Baroja à Anglet

entrée libre, Réservation : 05 59 58 35 60

Le trio Larrosa Salbaiak

Beñat ACHIARY chant,

Beñat Achiary

Michel QUEUILLE piano,

Michel Queuille

Julen ACHIARY percussions

Julen Achiary

chant, musique de danses endiablées, joyeuses, blues, la musique de ce trio a ce parfum entêtant et subtil des roses sauvages et la force tellurique du jazz​

​.Voix, chant libre, piano aux couleurs magnifiques, percussions habitées par l’Afrique et le jazz.​

« Trois hommes se sont mis à danser, à rêver, à chanter aux pieds des lacs de montagne, des forêts… là où naissent les légendes… qui nous font renaître à notre tour.
Les longues lisières de feu l’hiver dans la montagne les habitent comme celui du foyer qui appelle la parole…
Mais aussi la figure tutélaire de l’ours et sa force vitale prodigieuse…
Le pas du berger façonné par la montagne…
La force et la fantaisie de l’eau vive…
La féminité de la terre et la générosité obstinée du travail qui féconde les espaces et nous donne ses fruits. »

larrosa salbaiak disque

 

 

le jeudi 10 avril à 20h30 

aux Écuries de Baroja à Anglet

Emmanuelle Troy

 Chant, saz, tanbûr, flûtes, gambacello, hapi, lecture…

entrée libre, Réservation : 05 59 58 35 60

emmanuelle troy ©Christine_Amat

Crédit Photo : Christine Amat/CG33

Infos & vidéos 

«Trans-Eurasienne » Voyage musical

 Tolède - Istanbul - Samarkand – Lhassa…

À voix nue, la chanteuse et multi-instrumentiste Emmanuelle Troy nous entraîne à sa suite dans un voyage insolite et envoûtant : Espagne sépharade, Occitanie, Grèce, Turquie, Iran, Asie Centrale, Tibet, Mongolie.

Avec pour compagnons de route quelques livres et instruments atypiques, elle explore avec délices ces «chants de l’âme» issus des traditions méditerranéennes et orientales, dans une version toute personnelle de la Route de la Soie. Ouvrir la voie, et la voix ! vers de vastes paysages sonores aux couleurs intenses, telle est l’aventure à laquelle elle nous convie dans ce solo intimiste et chaleureux.

 

 

L’association Ezkandrai vous invite à découvrir  le

Jeudi 13 février 2014

Réservations : 05 59 58 35 60
aux écuries de Baroja à Anglet – Entrée libre

Duo Pedro Soler (guitare flamenca)

Gaspar Claus (violoncelle)

BARLANDE : Guitare flamenca et violoncelle

Entre le flamenco du fond des temps de Pedro Soler, qui ne se plie pas aux normes d’aujourd’hui, et le violoncelle de Gaspar Claus, qui explore tous les sons et les univers musicaux qui passent à sa portée… émerge un cri, une explosion de douleur, de joie ou de sérénité,  jamais une simple musique de divertissement.

La rencontre en musique du père et du fils nous plonge dans un monde sonore et poétique où la rigueur de Pedro Soler ne bride en rien les vertigineuses explorations de Gaspar Claus. Le terrain de jeu est  le paysage très varié des divers styles flamencos, de la Seguiriya hiératique à la Buleria endiablée en passant par la joyeuse Alegria et le chant des hauteurs de Granada .

Le point d’équilibre est aux croisées des silences, des formes épurées, là où les temps fusionnent, où par exemple les Vénus préhistoriques rencontrent les sculptures contemporaines, intemporelles de Brancusi et de Henry Moore. La séduction formelle a peu de place dans ce concert où l’écoute mutuelle et l’improvisation priment, où respirent le plaisir du dialogue, la surprise, une connivence où le défi n’exclut ni la tendresse ni la jubilation .

“Pendant que Pedro raconte une histoire, Gaspard peint des paysages.”
France INTER “Ouvert la nuit”

“Un flamenco sans concession aux modes, à la fois lyrique et rugueux”
AFP

“Un point d’équilibre inouï entre tradition andalouse et modernité”
VIBRATIONS

“Intense. Aux portes du flamenco, mais au-delà surtout. Comme un yin et un yang de cordes à vif.”
TELERAMA

“Un paysage inouï (…) appuyez sur play.”
LES INROCKUPTIBLES

“Ce disque aux multiples facettes scelle la première rencontre musicale d’un père guitariste avec son fils violoncelliste.”
MONDOMIX

 

———————————————————–

joseba

Jeudi 13 mars 2014

​Réservations : ​05 59 58 35 60
aux écuries de Baroja à Anglet – Entrée libre

Joseba  & Lagunak 

Après avoir joué en solo durant ces dernières années, nous verrons et écouterons Joseba Irazoki jouer sa musique entouré de ses amis lors d’un concert exceptionnel.  Le musicien de Bera de Bidassoa réunit un groupe inhabituel et dynamique composé de :

Felix Buff (Willis Drummond) batterie,
Ager Insunza (Audience) guitare et violon,
Jaime Nieto (We are standard) basse,
Iban Urizar (Andrakan, Cafe teatro…) trompette et percussions,
Igor Telletxea (Xabier Montoia, Petti…) trombone et batterie.

Joseba Irazoki :

Musicien versatile et inquiet, élégant et pragmatique, aussi intéressé par la composition que par l’improvisation, Joseba Irazoki laisse son empreinte dans un éventail de divers projets, d’aventures et d’intentions qui ont fini par expulser, ou plutôt libérer,  son moi le plus introspectif et personnel dans les oeuvres sur lesquelles il a osé signer de son propre nom.

Ainsi, Joseba a ouvert en grand les fenêtres scellées d’un univers sincère et direct, soigné et élaboré, bercé dans l’étude attentive à la tradition folklorique basque, à la musique pop et folk anglosaxone, et à l’expérimentation des six cordes, mais aussi dans l’avide recherche d’un caractère distinctif, d’une identité spécifique que le musicien navarrais a trouvés en utilisant ses propres ressources.

En se basant ainsi sur des guitares imaginaires, sur sa capacité à produire des boucles qui débordent de naturalité, comme si elles avaient toujours flotté autour de nous, sur une voix libre, sûre et vibrante, et sur sa capacité à mettre de côté de géniales mélodies, en déformant la lyrique basque par une douceur a priori inimaginable de par le son rock de celle-ci, Joseba Irazoki a réussi, avec une admirable solvabilité, un projet courageux et sensé, immédiat et, de même rempli de recoins incroyables…